1
2
3

L'aventure Marjosse

Il y a quinze ans, j'ai eu la chance de pouvoir reprendre le château Marjosse à Tizac de Curton. Le charme de l'emplacement et des bâtiments m'avait séduit, de même que la qualité des sols et des vieilles vignes. Dès les premiers millésimes, la volonté d'effectuer un travail de qualité m'a permis de faire de bons vins et de faire connaître la marque Marjosse sur la place de Bordeaux.

Le principal atout de marjosse est de posséder un terroir d'exception. Chose assez rare dans l'Entre-Deux-Mers, le calcaire à Astéries, le même qui a fait la renommée des vins de Saint Emilion, arrive ici à l'affleurement. Marjosse a pris un nouvel envol. Plusieurs parcelles très qualitatives ont pu être ajoutées au vignoble. La replantation à forte densité a permis de mieux exploiter l'excellence de son terroir.

Pierre Lurton

Un vignoble conduit« à la façon des Grands Crus »

Les vignes rouges âgées de 20 ans en moyenne, permettent à Pierre Lurton et à son Chef de culture de choisir les meilleures parcelles qui composeront désormais le premier vin du Château Marjosse (environ 100 000 bouteilles : la moitié de la production) dans le but de redonner à cette marque toutes ses lettres de noblesse. Par la suite, un deuxième vin fera l’objet de la création d’une nouvelle marque. Les vignes blanches âgées de 35 ans en moyenne produisent quant à elles, l’inimitable Entre-deux-Mers du Château.

Conduites à la façon des grands crus ( maîtrise des rendements, maturation optimum des raisins grâce à des effeuillages raisonnés…), ces vignes sont, pour partie, vendangées à la main.Les vinifications se déroulent au sein d’un outil exceptionnel : Les Chais Pierre Lurton.

Construits à Grézillac en 2000, agrandis en 2008-2009, ces bâtiments, parfaitement intégrés à leur environnement, aussi esthétiques que fonctionnels, permettent à une équipe technique performante de poursuivre les efforts de sélection rigoureuse entrepris au vignoble. L’élevage du premier vin se fait classiquement en fûts de chêne, celui du second vin s’opère en cuves, afin de conserver le fruit et aboutir à un vin rond, friand, destiné à une clientèle élargie.

< Retour